Mon stage en ferme bio

Dimanche 5 juillet 2015 :

Premiers pas dans une chèvrerie et fabrication de fromages.

Levée à 4h et en route pour Cisai Saint-Aubin dans l’Orne, dans une ferme biologique spécialisée dans l’élevage de chèvres (principalement poitevines) et la fabrication de fromage. On y trouve aussi deux vaches, quelques ânes (je ne sais plus exactement combien) et une dizaine de poules.

batiment

Arrivée à 7h30 j’ai été accueilli par un petit couple bien sympathique passionné par son métier et passionnant. Nous étions six stagiaires, une petite équipe qui nous a permis de mettre la main à la pâte. Après une rapide présentation, nous nous dirigeons vers la chèvrerie pour la traite du matin. 70 chèvres à traire deux fois par jour, inutile de préciser qu’ils ont des trayeuses automatiques.  Une petite déception se lisait facilement dans les yeux des stagiaires espérant traire à la main… Mais pas de panique, malgré la machine, il faut tout de même commencer la traite de chaque chèvre à la main afin de vérifier qu’il n’y ait pas de sang dans le lait (ils appellent ça le lait fraise). C’est un phénomène assez rare et sans gravité qui se produit quand les chèvres se donnent des coups de tête dans les mamelles. Dans ce cas on jette le lait, on surveille bien la chèvre pour prévenir toute infection et dès le lendemain ou surlendemain, en général, tout rentre dans l’ordre.

chèvres

La traite manuelle :

Il s’agit de bien pincer le trayon du pis pour bloquer le lait dans la partie basse, pour ensuite presser légèrement plus bas dans un mouvement de haut en bas pour faire sortir le lait. Si on pince trop haut ou pas assez fort, rien ne sort. Si on hésite trop, on chatouille la pauvre chèvre qui s’impatiente et se met à sauter et taper du pied !

La traite automatique :

On branche un embout sur chaque pis en faisant bien attention que le trayon (bout du pis) ne se pli pas dedans, et c’est parti pour deux à trois minutes seulement.

traite

Avant chaque traite, les chèvres sont dans l’étable, à l’arrivée de leur éleveur, les plus gourmandes se bousculent au portail qui les sépare du pont de traite. Dès qu’il s’ouvre, elles se précipitent pour manger les céréales que l’éleveur leur donne pour faciliter la traite. Elles sont occupées et donc plus coopératives.
traite culs  traite tetes

Une fois que toutes les chèvres sont traites, elles sont sorties dans la prairie (si le temps le permet car elles n’aiment pas la pluie).

Nous sommes ensuite allé nourrir les chevreaux avec du lait… de vache ! Et oui, le lait de leur mère est gardé pour la fabrication de fromage. Chaque petit est retiré à sa mère dès le premier jour de sa vie.

 nurserie biberon

Cela peut paraître cruel mais une séparation plus tardive serait un vrai déchirement pour l’un et pour l’autre, qui pousseraient des cris terribles pendant des jours. De cette manière, la mère n’a pas le temps de s’attacher à son petit, et le chevreau, nourrit par l’homme, sera très sociable et même câlin.

Les chevreaux sont dans différents boxes selon leur age ou leur taille afin d’éviter que les plus forts dominent les plus faibles et les affament. Les mâles partent rapidement à l’abattoir (hé oui, amis végétariens, même en mangeant du fromage, vous tuez des animaux) tandis que les femelles viendront rejoindre leur aînées dès qu’elles auront atteint leur taille adulte. Difficile de quitter ces petites biquettes qui viennent quémander nos caresses et boulotter nos vêtements ! Mais tout a une fin, et la journée continue direction…

La fromagerie :

Première étape, le sas, ou on se lave les mains et ou on enfile tablier, charlotte et sur-chaussures en papier. Une fois entrés dans la salle d’affinage à 20°, l’odeur est forte et surprenante au début (acide). Nous écoutons attentivement la fromagère et moulons nos premiers fromages. Une fois moulés, les fromages s’égouttent pendant environ 12 heures avant d’être retournés, salés et éventuellement saupoudrés de charbon végétal ou épices. Au fur et à mesure qu’un fromage s’affine, il perd énormément d’eau et donc de volume. Les fromages de plusieurs mois aperçus au fond de la chambre froide, sont minuscules et tout rabougris !

 fromages fromages salage

Je préfère les fromages frais ou très légèrement affinés. Et d’ailleurs ça tombe bien, car en amateur, il est difficile, dans sa maison, de respecter les températures d’affinage. Je me demande comment je vais faire. L’idéal serait de construire une pièce en plus rien que pour ça…

 fromages et charbon végétal chambre froide

Après une journée bien remplie, nous repartons avec un fromage chacun et des images plein la têtes. Certains ont été découragés, d’autres venaient juste apprendre quelques secrets caprins. Je repars toujours aussi décidée à adopter deux petites biquettes, même si j’appréhende tout de même la partie fromagerie qui est plus technique, surtout quand on veut vendre ses fromages. De nombreuses réglementations compliquent énormément la tâche. De toute façon le jardin n’est pas prêt, j’ai encore du boulot avant de pouvoir me lancer…

chèvre2

A suivre…

Vache à hublot !

Une vache à hublot, ou vache fistulée, qu’est-ce que c’est ?

Un truc comme ça ?

vache_a_hublot

Ce serait marrant mais en réalité c’est plutôt comme ça…

vache_hublotCe système, appliqué à des animaux par les vétérinaires, consiste à ouvrir un trou sur le côté de la vache pour un accès permanent à son estomac. Une fois que la fistule est installée ils peuvent tout simplement mettre la main dans l’estomac de la vache pour obtenir un échantillon de l’aliment à analyser. Pour éviter les sucs gastriques que peut provoquer la fistule, celle-ci est recouverte d’un bouchon en plastique qui permet à la vache d’avoir une vie «normale». Le but de cette méthode est d’étudier le processus de digestion de chaque aliment qui est fourni à la vache, toujours dans le but d’obtenir la plus grande productivité possible dans le lait et la viande, économisant chaque coût possible. C’est l’une des nombreuses expériences qui sont effectuées tous les jours, dans une société qui considère les animaux comme des objets d’usage et de consommation. Alors la seule façon de lutter contre cette exploitation cruelle subie par les animaux, c’est de ne pas y participer.

Vous voulez en savoir plus, cliquez:

Vaches fistulées, une pratique qui choque.

Le post archives (un lien avec plein de liens dedans)

Koua de 9

 

 

Image

Le fromage de chèvre

chèvre brouette

Avoir des chèvres pour tondre la pelouse c’est bien. Mais pour faire du fromage c’est mieux !
Un activité pareille demande beaucoup d’espace, beaucoup de temps, du matériel et… un peu d’amour ? Caprin bien-sûr.

Cela dit, je ne veux pas me lancer à l’aveuglette, c’est pourquoi j’ai décidé de faire un stage d’une journée dans une ferme bio de 55 chèvres nourries à l’herbe fraîche et au foin pour comprendre et pratiquer toutes les étapes de la fabrication du fromage avant de me lancer. Une journée ce n’est pas beaucoup alors évidemment je me renseigne par d’autres biais.
J’y vais le 5 juillet, ça se passe dans l’Orne. J’ai hâte d’y être, je vous raconterai.

Après ça, j’aimerais commencer par adopter deux chèvres (c’est le minimum car ce n’est pas un animal solitaire).
Une mère et sa fille éventuellement. N’en traire qu’une des deux (la mère) dans un premier temps histoire de me faire la main et réfléchir ensuite à une reproduction.

Patience donc…

Voici deux petits liens qui seront bien utiles pour ceux qui envisagent d’élever des chèvres:
ici et

A bientôt !

Présentation

Toute histoire commence par un début mais le début de quoi ?
Notre rencontre ?
Notre envie de vivre ensemble ?
L’achat de notre maison ?
Notre emménagement ?
Ou tout simplement cet instant précis:

Moi c’est Mavo, 30 ans, et bientôt 35 ans pour Monsieur.
Nous vivons actuellement en région parisienne chacun chez soi et nous avons décidé de vivre ensemble.
Nous voulions depuis longtemps, chacun de notre côté, et bien avant de nous connaitre, quitter l’île de France et vivre à la campagne. Nos projets de vie communs nous ont vite convaincu qu’il était temps de se lancer dans une vie plus verte, plus libre, plus autonome…

Vous me direz, c’est bien joli d’en avoir envie mais encore faut-il en avoir les moyens !
Et là encore, le moment semblait bien choisi. Les prix de l’immobilier sont bas et j’avais de mon côté de coquettes économies.
Le choix de la région reposait essentiellement sur le cadre de vie et le prix. Après quelques recherches nous nous sommes penchés sur les régions Centre, Bourgogne et Auvergne. De nombreuses visites, des critères bien précis à satisfaire ( au calme, prix bas, maison non mitoyenne, minimum deux chambres, un grand jardin sans vis-à-vis, non inondable, sans ligne à haute tension à proximité… ), des critères optionnels ( maison en pierres avec poutres apparentes, rue ou chemin sans issue, bonne exposition, bonne isolation, garage, à maximum 3h de Paris… ) et des petits plus bienvenus (sous-sol, vue, proximité des commerces… )

C’est donc après avoir vu de nombreuses maisons pourries, trop petites, trop chères, trop loin etc que nous avons visité, négocié et acheté une charmante maison en pierres et poutres apparentes avec un immense jardin, un garage/atelier, au bout d’un petit village du Cher ( région Centre donc ) à proximité d’une ville avec commerces et écoles. Petit bémol tout de même: le terrain est mitoyen à un grand champs. Nous allons devoir faire attention à ne rien planter trop proche de celui-ci afin que nos récoltes ne soient pas polluées.

Voilà, ce n’est qu’un début, la suite viendra au fur et à mesure…

Bienvenue dans mon petit coin de verdure !

Mavo à la forêt d'Orient

Bonjour à tous et soyez les bienvenus sur mon blog !

Nous quittons la ville pour la campagne, y’a tout à apprendre ! A l’aube de ce changement de vie radical j’ai décidé de créer ce blog (que je souhaite le plus interactif possible) afin de partager des expériences, des idées, des recettes, des infos/documentaires/coups de gueules… J’espère croiser des gens, qui comme nous, souhaitent vivre mieux, consommer moins, être le plus autonome possible et échanger des savoir-faire et des astuces respectueuses de la nature et du bien-être. Vous pourrez voir nos travaux d’intérieurs, aménagements extérieurs, élevage de poules et chèvres, fabrication de fromage, recettes, permaculture, jardinage, toilettes sèches, compost, sorties, bricolage…) Je partagerai des documentaires intéressants sur le thème de l’écologie, la santé, l’alimentation, l’exploitation animale etc. J’espère atteindre le plus de monde possible alors n’hésitez pas à faire tourner, et bonne lecture !

Choisissez une rubrique qui vous intéresse dans le bandeau gris en haut de page. Les articles ci dessous apparaissent dans l’ordre de parution quelque soit leur catégorie.